Les bienfaits du bon air

Témoignage de Gaétan, moniteur-éducateur à l’Espace de Vie Sociale de l’Etage suite à une randonnée avec des jeunes fréquentant l’accueil de jour.

 

« Marcher pour se détendre, découvrir, guérir. »

 

« La marche est le meilleur remède de l’homme » disait Hippocrate. Lui n’est plus de ce monde, mais son postulat a traversé les siècles et reste d’actualité. Ceux qui la pratiquent savent le bien que procure la marche, au corps comme à l’esprit. C’est une bonne occasion pour les personnes accueillies de s’aérer en dehors de la ville, du centre-ville, du quartier. De plus, elle a cet avantage non négligeable d’être praticable avec peu de compétence ou d’équipement, tant que l’envie de mettre un pied devant l’autre est présente.

 

Outre le bien être que procure la marche, elle permet aussi la découverte de nos régions, de notre patrimoine, de notre histoire et s’inscrit dans l’accès à la culture et à la citoyenneté. La marche permet de faire une pause et de partir sur les traces du passé pour découvrir que nous avons une culture et des repères communs, que nous faisons tous partie d’une grande famille, celle des Hommes.

 

Le bilan de la randonnée effectuée durant le mois de février 2018 au château du Haut-Barr, dans la région de Saverne, a été positif sous plusieurs aspects. Le changement d’environnement est bénéfique et a permis aux personnes de se réinventer en dehors des habitudes et du regard parfois sévère des copains. En exemple, L’entraide dont ont fait preuve participants pour surmonter le verglas qui avait presque intégralement recouvert les sentiers. Ce changement de décors, la beauté des grands espaces et le bon air ont été autant de facteurs qui ont permis à la parole de se libérer. Les participants ont beaucoup échangé sur leur histoire.

 

Suite à quelques anecdotes historiques et aux vues imprenables, la routine a laissé place à la curiosité, à l’émerveillement, aux questionnements. Pour les plus jeunes participants, cette randonnée leur a permis de se dépasser en s’encouragent mutuellement et en coopérant pour franchir les obstacles. C’était l’occasion aussi de prendre conscience d’une symbolique qui nous touche au quotidien : les montés sont pénibles et demandent des efforts, mais on est très fier de soi une fois arrivé en haut.

 

En forêt, à travers champ ou en montagne, il n’y a ni riche, ni pauvre, il y a juste des marcheurs. Les frontières et les statuts sociaux s’effacent. Les personnes que nous croisions échangeaient avec nous sans aprioris, sans savoir que nous étions ici dans le cadre d’une sortie proposée par une association. Cet environnement apporte simplicité et authenticité dans les rapports humains, qui permettent échanges et rires avec des inconnus. Ce qui a été très agréable pour les personnes participantes qui, au quotidien, peuvent malheureusement éveiller la peur ou la méfiance chez leurs contemporains. »

 

20180227_12134020180227_12132820180227_11191120180227_111831

Leave a Reply